les hybrides Petite présentation d’une hybridation entre le chardonneret et le canari.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

les hybrides Petite présentation d’une hybridation entre le chardonneret et le canari.

Message par Makninebladi le Ven 4 Mai - 5:11

Petite présentation d’une hybridation entre le chardonneret et le canari.

Ce n’est en aucun cas la marche à suivre, c’est juste un exposé sur une
expérience personnelle et nullement la marche à suivre absolument.

D’après
les lois en vigueur dans les différents pays, les oiseaux doivent être
nés et élevés en cage ou volière, bagué au bon diamètre et issus
d’oiseaux également bagués et conforme aux lois des differents pays.(fin
de la parenthèse)


A la fin du mois d’octobre choisir les
oiseaux que l’on voudra hybrider. Les mettre ensemble dans une cage
pour qu’ils puissent s’habituer l’un à l’autre pendant l’hiver. S’il le
faut mettre une séparation pour éviter les querelles et disposer les
récipients de graines de part et d’autre de la grille de séparation,
pour que les oiseaux puissent manger cote à cote sans heurts. Au bout
d’une dizaine de jours enlever la grille de séparation et observer les
réactions de chaque oiseau. Certaines personnes préconisent de ne mettre
que peu de barreaux dans la cage communautaire pour « forcer » les
oiseaux à dormir sur le même barreau,pas vraiment indispensable mais la
méthode est vérifiée depuis fort longtemps.

Si aucune agressivité de l’un et l’autre n’est constatée, l’hiver doit se passer sans problèmes.

La nourriture doit être variée, saine, l’eau vérifiée très régulièrement
et les oiseaux gênés le moins possible par vos interventions.

En fin d’hiver, les oiseaux doivent dormir ensemble le mâle chanter régulièrement et la femelle doit avoir l’air calme.

Il sera proposé un mélange de graines pour canari d’excellente qualité, un
godet avec un assortiment de graine de santé, de Niger, de graines
sauvages, telles que graines d’aulnes, graine de bouleau, graines de
chardon fruits de « saison »( pommes, poires, kiwi, …) et verdure rincée
et égouttée, un petit godet de miel « toutes fleurs » et autres
friandises.
On remarquera que le bec du mâle porte une bande noire sur la pointe du bec ( voir photo)



couple en plein hiver



pointe du bec noire



Lorsque les jours commencent à rallonger et que la température augmente
progressivement, le chant du mâle se fait entendre de plus en plus
longtemps et de plus en plus fort, la femelle demandera la « becquée »
régulièrement ( dit on pour tester l’aptitude du mâle à nourrir ses
petits). Par de petits cris imitant les oisillons lors du nourrissage.
En fonction du local dans lequel les oiseaux sont logés ( chambre chauffée
ou chambre à température normale,la préparation est déréglée d’un mois à
peut près. La meilleure façon de voir si un mâle est prêt, c’est la
disparition de la barre noire sur le bec ( voir photo) et les tentatives
de reproduction du mâle. A ce moment disposer un ou deux nids dans la
cage du couple et fournir un assortiment de matériaux pour la
construction du nid.



bec blanc sans trace noire


Le mâle ne participe pas à la construction du nid, tout au plus se promène
avec un bout de « laine » ou de bourre, rapidement d’un barreau à
l’autre et chante à tue-tête pendant que la femelle fait son nid. Il
leur sera proposé un godet de pâtée « jaune » additionnée de Niger et
graine de carder pour que le chardonneret prenne goût à ce mélange et
soit habitué à la pâtée.

La ponte va commencer, dans la plupart
des cas le mâle « couvre » la femelle tôt le matin et la ponte se fait
en milieu d’après midi. Pour que la coquille de l’œuf durcisse avant la
nuit.



Etant donné que la femelle canari n’ai jamais pondu avant, le remplacement
des œufs par d’ autres factifs pour ne pas échelonner les naissances,
n’est pas conseillé pour la première ponte. Au risque de voir la femelle
quitter le nid ou ne pas couver une fois les œufs remis en place ( mais
ce n’est pas toujours le cas, chaque personne aura son propre jugement
et sa technique personnelle).
Faire attention à ne pas trop donné de
graines « chauffantes » au mâle pendant la couvaison au risque de voir
celui ci déranger la femelle continuellement au nid, voir piquer les
œufs pour la forcer à reprendre un accouplement. Lui fournir de quoi
l’occuper pendant que la femelle couve, un peu de verdure, des graines
sauvages, un peu de mourron blanc, etc.

Si le mâle se montre agressif ou perturbateur il sera préférable de mettre la grille de séparation.
Dans la plupart des cas, le mâle passera une partie de la journée prés de la
femelle, la nourrira au nid, celle ci n’en sortira que pour boire se
détendre les ailes et retournera rapidement sur ses œufs.
Les petits naissent au bout de 14 jours et la femelle les nourrira seule les deux
premiers jours, le mâle ne participera à l’élevage qu’à partir du 3eme
jour.

Le calme et la tranquillité sont les clefs de la réussite
d’une bonne hybridation déranger les oiseaux le moins possible et
surveiller de loin l’évolution de la croissance.
Une fois le couple bien formé et habitué à se reproduire, les oiseaux seront plus aptes à se laisser manipuler sans crainte.

Les jeunes sortent du nid au bout de 15 à 18 jours ( généralement) et le
mâle doit prendre la relève si la femelle redémarre une ponte. Le mieux
serait d’éviter qu’elle ne recommence de suite, qu’elle termine le
sevrage des petits et qu’elle se refasse une santé avant une nouvelle
ponte.



jeune agé de 24 jours sur nid



agé de 28 jours




agé de 28 jours


Quand les petits se nourriront tout seuls, ils seront séparés des parents, le
mâle risque de devenir nerveux et la femelle aurait une tendance à
vouloir déplumer ses petits pour refaire un nid. Ils seront disposer
dans des cages de tailles moyenne à grande pour un bon développement
musculaire.
Si les oiseaux doivent être colorés, il se fera à l’age
de 45 jours, comme certains canaris, pour que la coloration soit bien
repartie et uniforme.

Pendant ce temps le couple devrait pouvoir
redémarrer une ponte et si la première s’est bien passée, il n’y a
aucune raison que les suivantes ne soient pas menées à terme.
Il se
peut que la première ponte ne donne rien, ni la deuxième d’ailleurs, ne
pas désespérer et ne pas tenter, dans l’urgence de changer l’un des
partenaires, une bonne préparation, une bonne connaissance des besoins
de chaque oiseau devrait être la clef de la réussite d’une hybridation
réussie, une petite connaissance de la génétique des couleurs nous
donnera de très jolis hybrides
La patience, le respect et la persévérance feront de l’hybridation une source de plaisir inégalée

petits trucs perso, si lors du mirage des oeufs de la première ponte, tous les
oeufs sont pleins, je laisse un oeuf aux parents et fait elever les
autres par une autre femelle (mulet de preference)de sibstitution pour
ne pas prendre le risque de perdre une portée entièrement .( au cas
ou!!!)
avatar
Makninebladi
Modérateur
Modérateur

Messages : 1397
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 98
Localisation : gard

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum