Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Aller en bas

Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Message par Makninebladi le Lun 6 Aoû - 5:53






Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire « maknine », un petit oiseau chanteur au plumage chatoyant et coloré, très friand de graines de chardon d'où son nom

Pourquoi le chardonneret ?

Parfois surnommé serin sauvage, le chardonneret jaune, «roi des siffleurs», niche dans tout le nord de l' Algérie.

Il préfère les arbres en terrain découvert et on le trouve habituellement
dans les vergers et le long des routes. Au printemps ou en été, le
chardonneret jaune est un oiseau qui se reconnaît facilement à sa
livrée jaune vif et à son vol onduleux. Son bec conique court et fort
en fait un représentant typique des oiseaux granivores.

Au printemps, il se dépouille de tout son plumage, à l'exception des
plumes noires des ailes et de la queue, et son bec tourne à l'orange.
La
livrée du mâle devient alors jaune serin et sa tête se pare d'une
calotte d'un noir éclatant qui descend jusqu'au bec.
Au vol, son croupion blanc contraste avec sa queue noire.
Quant à la femelle son
plumage d'été est jaune olive, avec du jaune sur le cou
et la poitrine.

Après une mue complète à l'automne, le plumage devient presque identique
pour les deux sexes, chamois en dessous et brun olivâtre sur le dessus.
Les ailes sont noires avec des barres blanches et la queue, elle aussi noire
est bordée de blanc à son extrémité.

La tête et le cou sont jaune pâle et il ne subsiste plus que de légères
traces du jaune éclatant du plumage d'été. Les petites sus-alaires (les
plumes qui recouvrent les «épaules») du mâle) sont jaunes.

Au cours du premier automne et du premier hiver, les jeunes sont brun
clair sur le dessus avec des barres alaires chamois plutôt que blanches
et les épaules sont d'un noir mat, ce qui les distingue des adultes.

Le ramage, la vraie valeur de l'oiseau

Que ce qui fait le charme d'un oiseau ? C' est indéniablement son ramage
aux premières lueurs, vous diront les spécialistes. Ses couleurs
exotiques ne pèsent absolument rien devant ses chants d?oiseau adulte
qui connaît pratiquement tous les airs du printemps et de l' hiver ? le
chardonneret a des répertoires pour le printemps et l' hiver.
Et c' est cette vertu qui lui permet d' acquérir le qualificatif de «prince des oiseaux».

Le printemps est la saison par excellence du chardonneret. Ce dernier
devient très beau à voir avec ses belles couleurs puisées d'un
merveilleux arc-en-ciel. Une des caractéristiques du chardonneret jaune
est qu'il renouvelle son plumage deux fois l'an, en automne après la
nidification et au printemps.
C'est un oiseau très agile et gai, qui adore venir déguster quelques graines de tournesol ou du chardon aux mangeoires.
En hiver, le plumage des deux sexes est gris brunâtre, mais le mâle a du jaune sur la gorge et la face.
Au printemps, le plumage du mâle est jaune vif. La calotte, les ailes et
la queue sont noires et il y a du blanc à la base de la queue.

Mélodie
Le chardonneret a besoin de calme pour chanter sa liberté séquestrée.

Le chardonneret, au vert et jaune éclaté sur ses squelettiques pattes majestueusement juchées sur le perchoir de la cage.

L'oiseau brode les plus belles notes pour se vêtir. Il chante merveilleusement
bien et ne fait une halte que pour passer son bec corné sur sa fourrure
veloutée et plumée.
Comme un ténor qui, avec maestria, laisse jaillir de ses entrailles, les chauds alto et soprano, le «meknine» n'a besoin ni de tambour ni de trompette pour prendre l'envol d'un ange encagé qui ramage à satiété, à n' en plus en finir.

Fredonnant d'incompréhensibles «paroles» d'un être trop fier de sa frêle
silhouette condamnée à perpétuité pour le passionnel crime de la
conquête des coeurs.
Tout petit, à peine trois mois, juste l'âge de se rendre tout à coup à l'évidence que les ailes de liberté ont été définitivement détachées, le jeune oiseau attise les convoitises de
toutes parts.
Les passionnés sont prêts à casser la tirelire. Dans

une année ou deux, il deviendra grand et, là, il entonnera les
meilleurs chants avec les meilleures notes, loin de son nid laissé à
une nouvelle progéniture.
Le charivari ne replonge pourtant pas
l'oiseau dans la monotonie. Les «cui-cui» vont crescendo pour teinter
jovialement la grisaille du jour.
La consonance de ses cordes vocales va subitement rappeler aux turbulents qu'un chardonneret n'aime pas trop le tumulte et qu'il lui faut du calme, un silence de
cimetière afin de chanter, en proses, le triste sort de sa liberté
séquestrée. Et rappeler par ses rythmes lyriques que son narcissisme ne
se paie ni par ces liasses empaquetées ni par ce «tebrez» (reprise)
narquois qui font, à chaque fois, le bonheur fou des marchands
d'oiseaux heureux de se voir décerner copieusement la «palme» de
dresseurs de petits animaux auxquels la nature a pourtant tout donné.
Tout, même l'innocence d'aller, loin de la nichée de maman, se percher
sur un pavot truffé de glu assassine.

L'andalou s'en est inspiré

Parmi les vingt-quatre notes de la musique andalouse, pas moins de huit proviennent du gosier du chardonneret.

L'annonce peut en laisser plus d'un pantois. Mais parmi les fins connaisseurs,
cela n'a rien d'étonnant. Car, disent-ils, le chardonneret jaune a
inspiré des musiciens arabes, du temps des Omeyyades à Cordoue
(Andalousie) pour ficeler des notes dans le sika et ârak, deux des plus
célèbres notes du chant andalou. C'est en écoutant l'oiseau encagé que
ces derniers ont pu, avec une bonne oreille musicale, découvrir ces
notes et étoffer de la sorte un répertoire déjà riche. des musicologues
avancent même que Ziriab, l'un des pionniers de la musique andalouse,
s'est imprégné souvent de chardonnerets en cage pour essayer d'écrire
ses mélodies ou de les parfaire. D'autres comme lui, des poètes du
Maghreb, avaient été des grands passionnés de ce genre d'oiseaux, se
permettant même le luxe de psalmodier des vers en leur honneur à l'image
de Sidi Lakhdar Benkhlouf, Kaddour El Alami, Abdelaziz El Maghraoui,
dont les poèmes furent repris des siècles plus tard par les maîtres du
chaâbi algérien.

L'urbanisation, ennemi numéro un ?

Une terrible menace pèse sur la survie de cet oiseau menacé d'extinction
en raison même de ses qualités inégalables de chanteur. Il fait partie
des 336 espèces d'oiseaux répertoriées en Algérie, dont 107 sont
protégées à l'instar du chardonneret.

Ce chanteur hors pair est victime d'une chasse aveuglée et intensive
qui n'épargne ni les mâles
ni les femelles, celles-ci étant chassées
même dans les périodes de
reproduction, seul gage de la préservation
et de la pérennité de
l'espèce.

Victime de sa réputation, le chardonneret est recherché pour

la valeur marchande qu'il représente.

Quel est l'ennemi numéro un des oiseaux de compagnie en général
et du
chardonneret en particulier ? De nombreux ornithologues avancent
l'urbanisation accrue
comme l'une des principales causes du risque de
l'extinction de
l'espèce.
Le chardonneret libre a besoin d'espace, de verdure et de

buissons pour s'émanciper. Or avec le rétrécissement du couvert végétal
nécessaire pour la pérennité de l'espèce, les chardonnerets ne rôdaient
plus dans la nature. Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, les
oiseleurs, considérés comme responsables de la disparition de l'espèce,
sont vite perçus comme de véritables sauveurs.

Sans eux, le chardonneret se serait volatilisé dans la nature, dit-on. Un grand
nombre de passionnés regrettent aujourd'hui le bon vieux temps, durant
lequel il faisait des kilomètres à travers les grands espaces verts
pour aller dénicher les quelques perles rares rien qu'avec de la glu.

Aujourd'hui, les buissons, qui se font plus rares, les a contraints à sauver
l'espèce par des moyens artificiels et surtout avec un savoir sans
faille appris au fil des ans.
avatar
Makninebladi
Modérateur
Modérateur

Messages : 1397
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 99
Localisation : gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Message par Boubzinette le Lun 6 Aoû - 8:05

Magnifique article barak ALLAHU fik Akhi Djamel
avatar
Boubzinette
Membre très actif
Membre très actif

Messages : 185
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 32
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Message par Makninebladi le Lun 6 Aoû - 15:12

c'est tout a fait normal longue vie au forum
avatar
Makninebladi
Modérateur
Modérateur

Messages : 1397
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 99
Localisation : gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Message par BOURA Omar le Lun 6 Aoû - 22:28

Essalem aalikoum,

Saha ftourkoum,
Merci mon frère "Djamel" pour ce fameux Sujet rabi Idjazik inchaaleh cheers

Amicalement Omar

__________________________________________________________________________________________________


Fédération Française d'Ornithologie
FFO/AOF : Stam N°:4568
http://bouramirouche.blogspot.com/
avatar
BOURA Omar
Admin
Admin

Messages : 1395
Date d'inscription : 25/09/2011
Age : 57
Localisation : BEJAIA - Alger Bouzareah

http://BOURA-Omar.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Message par Makninebladi le Lun 6 Aoû - 22:45

merci monsieur omar bonne appetie
avatar
Makninebladi
Modérateur
Modérateur

Messages : 1397
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 99
Localisation : gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Message par PIPIW le Mar 7 Aoû - 13:51

Essalem aalikoum,

Merci mon frère "Djamel" pour le sujet.

Amicalement mustapha
avatar
PIPIW
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur

Messages : 45
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chardonneret, appelé dans le jargon populaire"maknine"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum